Choix de la matière première, entretien préventif et la sélection d’un personnel qualifié, sont les critères sur lesquels Ecoprint se base pour se développer. 19 tonnes de papier par jour, 538 kg/jour d’encre noir, 500 kg/jour d’encre couleur quadri (jaune, bleu, rouge). C’est la consommation des matières premières qui rentre dans l’impression de 180.000 journaux. Quotidien ou hebdomadaire, chez Ecoprint l’activité principale est l’impression des journaux. Cette entreprise filiale du groupe Eco média a été créée en partenariat avec Aixor en 1997, suite à la transformation de l’hebdomadaire l’Economiste (un des titres du groupe) en quotidien. Etalée sur une superficie de quelques 6.000 m², Ecoprint comprend bureau administratif, atelier et laboratoire. L’imprimerie compte un effectif d’environ 60 personnes. L’atelier détient l’effectif le plus important (27 techniciens), suivi par l’équipe de maintenance et d’entretien avec 13 personnes. Le reste est partagé entre l’administration et le laboratoire prépresse. Ces différents départements travaillent par des shift (équipes). Ainsi, les techniciens à l’atelier sont divisés en deux équipes. La 1ere démarre à 10h du matin jusqu’à 18h. La seconde prend le relais pour rester jusqu’à 02h du matin. Les équipes au labo suivent un autre rythme. La 1ere démarre à 8h et finit à 16h. La 2é équipe reprend le travail et reste jusqu’à minuit. Tandis que le pôle maintenance et entretien des machines compte une seule équipe qui démarre à 7h et finit à 14h. Il s’agit d’une organisation très stricte. Elle a été mise en place afin de répondre aux exigences du métier. Les étapes :   - Le laboratoire prépresse reçoit les fichiers envoyés par Eco-Médias sous format PDF via une liaison louée. - Après vérification des fichiers, ils sont transférés sur un logiciel d’interprétation de données qui s’occupe également de l’imposition. L’imposition consiste à classer les fichiers dans l’ordre - Les fichiers passent dans le CTP (computer to plate), une machine qui grave les données sur des plaques thermiques. Elles comprennent deux formats de journal: le format quotidien 36 x 50  (ex: Assabah) et le format tabloïd 25 x 36 (ex: l’Economiste) - La plaque passe dans une développeuse. Cette opération consiste à rincer la plaque pour qu’elle soit disposée pour l’impression - La plaque passe dans une perforeuse - La plaque passe dans une «coudeuse» qui la plie des deux côtés afin qu’elle puisse s’accrocher dans la rotative - On accroche la plaque dans une «tour», chaque tour contenant une couleur - La bande de papier reçoit les couleurs pour obtenir la quadri chromie dans l’impression - Une mise de place est effectuée pour vérifier le repérage (couleur et marge), et l’encrage Impression du journal au complet - Le journal passe dans une plieuse: les papiers sont rassemblés pour obtenir un exemplaire - L’exemplaire passe dans une «stocker» qui s’occupe du comptage Une nouvelle rotative de marque GOSS a été acquise par Ecoprint pour un investissement total de 18,39 MDHS. Cette troisième rotative plus performante que la 2éme, permet un tirage tabloïd (L’Economiste) de 48 pages quadri ou 40 quadri + 24 noir contre 32 quadri + 32 noir sur la précédente rotative. Pour le grand format (Assabah) la capacité est de 24 quadri ou 20 quadri +12 noir contre 16 quadri + 16 noir. Le mouillage se fait par pulvérisation, le repérage et l’encrage sont automatiques. L’acquisition de cette rotative va permettre à nos quotidiens d’avoir une meilleure impression et d’être sur le marché plus tôt. Ecoprint pourra imprimer d’autres quotidiens. Ainsi Ecoprint dispose d’une 1ère rotative avec 2 tours et 4 groupes mono, c’est la rotative avec laquelle l’imprimerie a démarré le 1er jour, plus une rotative acquise en 2005 avec 4 tours et 4 groupes mono. La rotative que vient d’acquérir Ecoprint en 2012 est nettement plus performante, elle dispose de 6 tours. Caractéristiques techniques de la nouvelle rotative : • Marque : GOSS COMMUNITY • 6 tours 4 hauteurs en shaftless. • 1 plieuse universal 1.2.2 (12 bandes ). • 8 dérouleurs MEGTEC  S.E , collage à vitesse 0. • Vitesse d’impression : 30.000 exemplaires / H • Capacité : 48 pages couleurs en format tabloïde. • Pupitre - 2 écrans tactiles pour la commande du repérage à distance - Un système de repérage automatique QTI (une caméra de repérage par tour ). - Commande des barres de pulvérisation - Commande des dérouleurs : tension et marge de bandes. • Périphérique : - Baldwin - Osmoseur - 2 compresseurs - 4 pompes d’encres (remplissage encrier automatique ) - 4 containers mères - 1 coudeuse  et perforeuse de plaques automatique avec convoyeur - 1 ligne de stacker Investir dans une nouvelle rotative, c’est investir aussi dans le « tout couleur » et une meilleure qualité dans le rendu. « Le tout couleur », c’est un bénéfice lecteur réel, plus de photos informatives, plus d’illustrations significatives. Avec l’ancienne rotative une partie seulement du journal était en couleur.
Widgets Magazine