Simple JQuery Modal Window from Queness
985328

Alerte, Israël tente d’annexer de facto la Cisjordanie
Par Jawad KERDOUDI

Alerte, Israël tente d’annexer de facto la Cisjordanie Par Jawad KERDOUDI
Jawad Kerdoudi est président de l’Imri (Institut marocain des relations internationales) (Ph. JK)  
Profitant que la communauté internationale soit très occupée par la lutte contre Daech et le terrorisme jihadiste, Israël tente d’annexer de facto la Cisjordanie par l’amplification des colonisations. Cette politique touche également Jérusalem-Est dans le but de rendre à long terme impossible la solution à deux Etats israélien et palestinien vivant côte à côte. La poursuite de la colonisation par Israël est d’ailleurs la cause principale de l’échec des négociations entre Israéliens et Palestiniens sous l’égide des Etats-Unis fin août 2014. Valeur aujourd’hui, 400.000 Israéliens vivent en Cisjordanie pour une population palestinienne de 2,5 millions de personnes. Sur le plan économique, les colons israéliens exploitent des terres et produisent des vins, du halva, de l’huile d’olive et des cosmétiques. Mille usines israéliennes sont installées en Cisjordanie et profitent de plusieurs aides spécifiques concernant le foncier, le volet fiscal et l’accès à l’eau. Elles exportent leurs produits sous le label «Made in Israël».

L’Union européenne en novembre 2015 a exigé que l’étiquette collée sur ces produits porte une mention spéciale spécifiant leur origine. Cette décision de l’Union européenne a créé un tollé en Israël où l’entourage de Netanyahou l’a qualifiée «d’antisémite». Les Etats-Unis n’ont pas pris une décision comparable. Au contraire, la Chambre des représentants a voté une loi considérant que les produits venant des colonies israéliennes en Cisjordanie sont des produits «Made in Israël». Le Sénat n’a pas encore voté cette loi. Enfin sur le plan politique, les colons israéliens installés en Cisjordanie constituent un groupe de pression puissant tant au niveau du gouvernement que de la Knesset. Cette politique du gouvernement de Netanyahou, composé de la droite et de l’extrême-droite, est extrêmement dangereuse et débouche sur une impasse.
Alerte, Israël tente d’annexer de facto la Cisjordanie Par Jawad KERDOUDI
L’année 2015 a connu presque une troisième Intifada, tant les Palestiniens et surtout les jeunes sont exaspérés par l’occupation, et n’envisagent aucun avenir pour eux. Aussi, il est extrêmement urgent que la communauté internationale se mobilise pour sauver la solution à deux Etats (Ph. AFP)
C’est ainsi que l’année 2015 a connu presque une troisième Intifada, tant les Palestiniens et surtout les jeunes sont exaspérés par l’occupation, et n’envisagent aucun avenir pour eux. Aussi, il est extrêmement urgent que la communauté internationale se mobilise pour sauver la solution à deux Etats. C’est d’ailleurs la seule solution, car la deuxième qui serait la création d’un Etat fédéral israélo-palestinien n’est pas viable, et n’est pas dans l’intérêt d’Israël du fait du critère démographique. Pour amener Israël à des négociations sérieuses avec les Palestiniens, il faut une pression très forte de la communauté internationale. Malheureusement, l’ONU, tout au long du conflit israélo-palestinien qui dure depuis un demi-siècle, s’est montrée impuissante.

Les nombreuses résolutions du Conseil de sécurité n’ont pas connu d’application, et aucune sanction n’a été prise contre Israël. L’autre acteur désigné pour solutionner le conflit, le Quartet, composé des Etats-Unis, de la Russie, de l’Union européenne et de l’ONU, n’a pratiquement obtenu aucun résultat concret. Seuls les Etats-Unis du fait de leur aide militaire et financière ont les moyens de faire pression sur Israël. Malheureusement, le président Obama, qui au début de son mandat avait voulu résoudre le conflit, s’est trouvé face à deux obstacles insurmontables: le puissant lobby pro-israélien à Washington et le Congrès américain largement favorable à Israël. Or toute diminution d’aide américaine à Israël doit passer par le Congrès qui ne l’acceptera aucunement. Preuve de la toute influence d’Israël sur les Etats-Unis, est la visite au Congrès américain de Netanyahou en mars 2015 sans l’accord de la Maison-Blanche pour s’opposer à l’Accord sur le nucléaire iranien. En plus, le président Obama termine en 2016 son deuxième mandat, et il paraît difficile qu’il prenne une initiative significative sur le problème israélo-palestinien. Tenant compte de ces événements, l’Europe, et surtout la France, doit prendre la relève pour renouer les négociations entre Israéliens et Palestiniens. L’ancien ministre  français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait lancé l’idée d’un Sommet décisif sur le conflit israélo-palestinien, avec la menace d’une reconnaissance par la France de l’Etat palestinien s’il n’y a pas de résultats concrets dans une durée de deux ans.

Il serait utile que le nouveau ministre, Jean-Marc Ayrault, qui était favorable à la reconnaissance de l’Etat de Palestine, reprenne énergiquement cette orientation en s’entourant des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, des grands pays de l’Union européenne, de l’Afrique, de l’Asie, et des pays arabes. Des sources journalistiques ont même annoncé la désignation par l’Elysée de Pierre Vimont en tant qu’Envoyé spécial pour le conflit israélo-palestinien.

Position intransigeante

En déplacement à l’étranger, Netanyahou a qualifié la proposition française de «bizarre», et Merkel, la chancelière allemande, a déclaré que «le temps n’est pas sans doute aux grandes avancées sur le conflit israélo-palestinien». Aussi, faut-il agir très vite et très énergiquement vis-à-vis d’Israël pour l’amener à la table des négociations. Israël prend prétexte de la division des Palestiniens entre Fatah et Hamas pour maintenir une position intransigeante. Il est certain que si Mahmoud Abbas obtient des concessions sérieuses de la part d’Israël pour la constitution d’un Etat palestinien viable, il peut soit convaincre le Hamas de faire partie de l’accord, soit provoquer un référendum de tous les Palestiniens sur les résultats obtenus de la part d’Israël.